Soutenez nous !

Rejoignez nous !

Imprimez notre bulletin d'adhésion et participez à l'initiative !

Le mot de la Présidente

DSCF8347Deux séjours au Mali m’ont permis de découvrir le pays Mandé (ou Mandingue), cette région du sud du pays, caractérisée par des paysages de savane et des villages malinkés traditionnels. La population y vit à la manière des ancêtres, de culture et d’élevage sur des terres arides : la vie y est rude et difficile.Malgré leur dénuement, les hommes et les femmes de ces villages nous ont réservé un accueil chaleureux et généreux qui m’a profondément touchée.

DSC02489Cependant mon regard d’enseignante, de mère et de grand mère a été particulièrement attiré par les conditions de vie des enfants de ces villages dispersés dans la brousse. Leurs visages, leurs regards, leurs rires, et leurs chuchotements dans la mystérieuse langue bambara ne me quitteront plus.

Je suis allée rencontrer les enfants et les enseignants dans leurs écoles.

Serrés sur des bancs vétustes (souvent 60 élèves par classe) , sans matériel adéquat , ils sont animés d’un désir d’apprendre et de savoir qui m’ont émue. Certains enfants parcourent de longs kilomètres dans la brousse sous un soleil de plomb pour se rendre à l’école chaque jour avec pour seul repas, la bouillie de mil du petit déjeuner.
Ici pas de cantine, pas de panier repas…

DSC02393Un cahier, un crayon sont des outils précieux dont on prend le plus grand soin. Pas de manuels : les enseignants copient les textes, cartes de géographie, calculs….sur un mur recouvert de peinture noire qui sert de tableau.

Malgré ce dénuement, la fréquentation scolaire est très importante et pour les parents il est vital que filles et garçons soient instruits. C’est l’avenir du pays qui est en jeu.

DSC05993Au retour de l’école, la journée des enfants se poursuit : tâches domestiques, collecte de bois pour faire du feu, puisage de l’eau, prise en charge des petits frères et sœurs pour décharger les mamans .
Mais il faut aussi faire les devoirs avant la tombée de la nuit car il n’y a pas d’électricité dans ces villages où le soleil se couche tôt ( entre 18 et 19h)

Début de projet

Après mon premier séjour au pays Mandé, l’émotion s’est progressivement transformée en nostalgie puis en besoin d’agir pour contribuer à soutenir les efforts de ces enfants si méritants et de ces familles qui investissent beaucoup d’espoir dans l’école.

DSC02621Les élèves du collège la Milliaire, où j’enseigne ont été extrêmement sensibles à la situation de leurs camarades du Mandé et nous avons rapidement mis en place une correspondance avec l’école fondamentale de Saguélé puis l’école de Komanfara.

DSC04459Les élèves de nos écoles respectives ont eu envie de se découvrir, se connaître et se raconter. Les actions sont allées bien au delà du simple échange épistolaire et s’est amplifié en 2012.

J’ai vu là, l’opportunité de partager une expérience avec les élèves de mon collège, de les éduquer à la différence, au partage et d’en faire de petits citoyens du monde …

DSC06701Les élèves du collège ont organisé une collecte de matériel scolaire pour en faire des cadeau d’amitié à leurs camarades des villages Mandés, ils y ont associé les établissements scolaires voisins.

En 2012 nous avons transporté ces 150 kg de cadeaux dans nos bagages personnels et nous les avons apportés dans les villages.

Naissance de l’association

L’engagement et la détermination des élèves et de quelques collègues m’a confortée dans l’idée qu’ensemble il est possible d’agir. L’idée , en gestation depuis trois ans, de créer une association pour aller de l’avant, s’est concrétisée .

Les membres de ma famille et les amis que j’ai sollicités , n’ont pas hésité un instant à s’investir à mes côtés et c’est grâce à la volonté de chacun que l’association est née en avril 2013.
À présent nous mettons toute notre énergie au service de notre projet.

Un partenariat

Lors de mes déplacements à Bamako et dans les villages de la région, j’ai fait la connaissance de Tenemakan,  Mamadou ainsi que Faguimba  Keita, mais aussi de nombreuses personnes soucieuses d’améliorer les condition de vie des familles et des enfants de leurs villages respectifs.
Ces personnes nous ont servi de servi de guides lors de nos déplacements dans la brousse. Leur gentillesse et prévenance nous ont touchés. Leur excellente connaissance du terrain et des besoins de la population m’ ont aidée dans ma réflexion.
J’ai eu l’occasion de parler avec des villageois, les enseignants  et les chefs de villages qui ont exposé leur soucis de voir les enfants instruits et en bonne santé.
Je suis repartie en emportant dans ma mémoire ce que j’avais vu et entendu.

La naissance de l’association « Solidarité Enfants du Mandé » a donné confiance à nos amis du Mali qui avaient déjà vu défiler bien des européens …

J’ai fait part à Ténémakan Keita, le Président de l’Association 2AEFE de la naissance de notre association. Il a aussitôt pris contact avec moi et m’a proposé d’unir nos forces et nos ressources sur les volets  où nos deux associations se rejoignent, notamment celui qui me tient à coeur :

« Lutter contre l’analphabétisme et l’exclusion ».

L’association 2AEFE est à présent notre association partenaire à Bamako. C’est grâce à leur bonne connaissance du terrain que nous ciblerons au mieux les besoins spécifiques à chaque villages et que nous serons véritablement efficaces.

Les pistes de travail doivent prendre en compte les conditions de vie de la population des villages mandés et leurs besoins dans le domaine de l’éducation et la santé. Nos projets s’orientent vers ces deux points.

 

Des projets

Améliorer les conditions scolaires et éducatives :
– aider au financement de matériel scolaire de base ( cahiers, stylos, outils pour les mathématiques …)
– contribuer à l’achat de manuels scolaires adaptés au programme local
– constituer une bibliothèque dans les écoles.
– installer des lampadaires à énergie photo voltaïque pour permettre aux enfants de faire leurs devoirs le soir et fournir une source d’énergie permettant de recharger des téléphones portables, seuls moyens de communication dans les villages de brousse.
– aider les villageois à financer les salaires des enseignants.
– poursuivre et encourager les échanges scolaires entre les écoles du pays des trois frontières et le pays Mandé …..

Sur le plan sanitaire :
Pour qu’un enfant puisse apprendre, il doit être en bonne santé. C’est pourquoi nous souhaitons:
– participer à l’amélioration de l’alimentation en eau des écoles .
– faire en sorte que les enfants puissent prendre un repas à l’école.
– contribuer à l’éducation à l’hygiène.
– améliorer l’accès aux soins.

Conclusion

« Solidarité Enfants du Mandé » ou en bambara :  » Mandé Demisenw » est né de l’amitié entre les peuples, de la volonté de partager, de construire ensemble des projets durables.
Nos projets sont nombreux, ambitieux et au pays Mandé, les besoins sont nombreux et l’attente est forte !

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons toutes les personnes que notre projet intéresse à prendre contact, à faire un don, même de petites sommes. « les petits ruisseaux font les grandes rivières ».

Pour aider les familles à permettre à leurs enfants de fréquenter l’école, d’ accéder aux soins, de se nourrir, nous solliciterons aussi des parrains et marraines. Notre site proposera très prochainement cette possibilité.

Faisons de cet extrait de l’hymne Malien notre devise :

« Forgeons le bien commun
Ensemble au coude à coude
Faisons le sentier du bonheur »

signature cd

 

Présidente de l’Association
« Solidarité enfants du Mali
Mande Demisenw«