Soutenez nous !

Rejoignez nous !

Imprimez notre bulletin d'adhésion et participez à l'initiative !

Le forgeron du village

9 LE FORGERON DU VILLAGERaconté par Noumou Modibo Sinaba (chasseur)

(Extraits du texte transcrit par Lancéni Balla Keita)

On m’appelle Noumou Modibo Sinaba. Le terme Noumou veut dire Forgeron. Au Mandé il y a des familles de castes :

  • les griots appelés « Djéli » dont les fonctions les plus courantes sont celles de musicien, ainsi que l’activité de porte parole, de conseiller et de généalogiste.

  • les forgerons appelés « Noumou » qui ne font que le travail manuel sur les matières premières tel que le fer, le bois et l’argile pour faire la poterie.

  • les chroniqueurs appelés « Fina » sont les gardiens de la mémoire et des traditions.

  • les artisans de peaux appelés « Grangué » qui font de la maroquinerie dans notre société.

L’identité des diverses castes repose sur un principe commun, le statut de naissance : c’est qu’on ne devient pas homme de caste, mais on naît homme de caste.

Les noms de familles de forgerons au Mandé sont : Kanté, Sinaba, Fane, Sinayoko.

Les forgerons jouent un rôle très important dans la société. Tout homme au Mandé porte une cicatrice faite par le forgeron lors de la circoncision. Cela fait que le forgeron est respecté dans la société.

Le travail du fer n’a point de mystère pour nous. Depuis les temps reculés, le forgeron a construit des fonderies en terre, pour fondre la pierre ferreuse et en extraire du fer. Ce fer a été fondu dans notre forge à haute température et il a été façonné pour en faire des houes, des haches, des pioches, des lances, des couteaux, des harpons, bref, tous les moyens de production (et toutes les armes ?) de l’homme. Le forgeron a inventé et forgé les moyens de production de tous les domaines d’activités de l’homme, l’agriculture, la pêche, la chasse, l’armée etc. … . Maintenant avec l’apparition des fers industriels, nous n’avons plus à extraire le minerai de fer. Nous façonnons le fer industriel avec dextérité pour en faire toute sorte d’instruments.

Le forgeron a également extrait l’argile, qu’il a façonnée pour en faire des canaris pour la cuisine et la conservation des objets, de la nourriture.

Le forgeron façonne aussi le bois (les troncs d’arbres) pour en faire des manches de houes, de pioches etc. … et des mortiers dans lesquels les femmes pilent des céréales.

Sans le forgeron, la société n’évoluerait pas, car nous sommes les artisans qui ont fait émanciper les moyens de production de l’homme. Donc par conséquent, c’est le forgeron qui a fait émanciper l’homme. Les griots le chantent d’ailleurs, en disant que le forgeron est le premier fils aîné de la société.

Autrefois, le forgeron ne cultivait pas dans notre société. Il fabriquait les instruments de production pour les paysans à l’approche de l’hivernage et après les récoltes, tous ceux qui ont bénéficié de ces instruments payaient en nature (mil, riz, maïs, arachides, haricots etc.) la main d’œuvre du forgeron. Au village, les familles nobles se sentaient redevables lorsqu’une famille de forgeron était en manque de grains. Cela prouve combien le forgeron est important dans la société.

Le forgeron a un autre rôle social, c’est la médiation lors des conflits entre des personnes, des familles, des villages.

Auteur : Lancéni Balla Keita

Publié avec l’aimable autorisation de l’auteur